Un peu d'histoire


En 1832, le Jeûne fédéral a été décrété « jour d’action de grâces, de pénitence et de prière pour toute la Confédération suisse » par la Diète fédérale sur proposition du canton d'Argovie. Le Jeûne fédéral est fixé au troisième dimanche de septembre. Le canton de Genève continue d'observer sa propre date de jeûne, le jeudi qui suit le premier dimanche de septembre (il est appelé Jeûne genevois). La tradition veut que la tarte aux pruneaux soit le seul élément du repas de midi.
En Suisse romande, seuls les cantons de Vaud, de Neuchâtel et une partie du Jura bernois ont un jour de congé le lundi suivant cette occasion.
Les jours de jeûne et de pénitence ordonnés par les autorités en certaines circonstances remontent au Moyen Âge tardif. En 1619, à l’issue du synode de Dordrecht, les cantons protestants décident, pour la première fois, une journée de jeûne en commun.
En 1639, la Diète protestante décrète l’introduction d’un jour de jeûne annuel.

La Diète catholique en fait de même en 1643.
Le premier Jeûne fédéral est célébré dans toute la Suisse le 8 septembre 1796. Cette journée subsiste sous la République helvétique, sous l’Acte de médiation et sous la Restauration.
Le Jeûne fédéral institué en 1832 jouera un rôle important dans le nouvel État fédéral né en 1848 en permettant de consolider la paix religieuse et sociale.
À la fin du xxe siècle, plusieurs initiatives populaires, restées sans succès, ont réclamé l’interdiction du trafic motorisé le jour du Jeûne fédéral.